Envoyer un message


Votre courriel :

Courriel du destinataire :




Message :






CHRONIQUES ET RESSOURCES





Le bénévolat sous les yeux des Québécois

Par Le Réseau de l'action bénévole du Québec
 
Dans le cadre de la Stratégie gouvernementale en action bénévole 2016-2022 : un geste libre et engagé, le gouvernement du Québec a confié au Réseau de l’action bénévole du Québec (RABQ) le mandat de réaliser un sondage portant sur la perception du bénévolat chez les Québécois et Québécoises. Le RABQ a mandaté la firme SOM pour mener cette enquête auprès de 1000 Québécois et Québécoises en février 2018.

Bien que le rapport de recherche ne soit pas encore officiellement diffusé, nous tenons à partager avec nos lecteurs du Regroupement Loisir et Sport du Québec (RLSQ) un aperçu des principaux résultats. Ces données serviront d’ailleurs à défaire des mythes liés au bénévolat à travers une campagne de communication qui se déroulera pendant trois ans.

Voici certaines des principales conclusions dérivées de notre étude :
 

1. Définition du bénévolat

L’une des premières perceptions que nous cherchions à vérifier concerne le vocabulaire utilisé pour désigner le bénévolat. Nous avons constaté que les mots qui représentaient le plus ce qu’est le bénévolat selon les répondants sont : l’aide et l’entraide. Ces résultats sont suivis, avec un écart significatif, de don et générosité. Cette tendance des résultats est constante autant chez les jeunes (18 à 24 ans) que chez les personnes de 65 ans ou plus. 
 
 
 
 
2. Secteurs d’activités privilégiés par les bénévoles

Une deuxième thématique de grand intérêt dans le cadre de ce sondage est liée aux secteurs d’activités où les bénévoles s’impliquent. Nous avons donc adressé une question concernant les secteurs où, selon les répondants, se retrouvent le plus des bénévoles. Nous avons remarqué que les services sociaux et la santé sont perçus comme étant les secteurs où les bénévoles s’impliquent le plus, alors qu’en réalité les domaines privilégiés par les bénévoles sont la culture et les loisirs (voir Portraits régionaux des bénévoles et du bénévolat). 
 
 
 
 
3. Motivations à devenir bénévole

Une des conclusions les plus marquantes de cette étude concerne les incitatifs à devenir bénévole. En effet, 42% des Québécois et Québécoises pensent que les individus proposent leurs services bénévoles «pour aider». Cependant, seulement 2% des bénévoles répondants du Cahier de recherche Portraits régionaux des bénévoles et du bénévolat ont identifié cette motivation. Pour ces 2287 répondants bénévoles, la première raison les ayant incité à s’impliquer est plutôt le fait de chercher à avoir du plaisir ou parce qu’ils avaient un intérêt pour une cause particulière. Or, cette motivation n’a pas été mentionnée par les répondants au sondage visant à établir la perception du bénévolat.
 
 
 
 
4. Les freins au bénévolat

Nous avons aussi cherché à savoir quels étaient, selon les répondants, les principaux obstacles à l’implication bénévole. En général pour tous les répondants, le manque de temps est perçu comme le principal frein à l’implication bénévole. Cependant, la proportion est plus élevée chez les personnes de 44 ans ou moins, alors que les 65 ans et plus sont plus nombreux à mentionner des problèmes de santé ou des incapacités physiques.   
 
 
 
 
 
Voici un tableau qui présente le contraste entre la perception et la réalité par rapport aux obstacles qui empêchent le bénévolat au Québec :   
 
 
 
 
Le Cahier de recherche Le bénévolat selon les québécois devrait être publié dans les semaines à venir. Il sera disponible dans la section Publications du site Internet du RABQ.
 
N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou commentaire.
 

Pour obtenir de plus amples informations sur le RABQ, visitez :
www.rabq.ca
https://www.facebook.com/ReseauActionBenevoleQc
https://twitter.com/infoRABQ
https://www.linkedin.com/company/reseau-action-benevole-quebec/
 
 
Publication octobre 2018 
 
 
Brian Velasco
Agent de communication et de développement
514-272-4004 | 1-866-496-4004