Envoyer un message


Votre courriel :

Courriel du destinataire :




Message :






CHRONIQUES ET RESSOURCES





Réflexion stratégique : Entreprendre le parcours de la réussite

Par Christian Nadeau de Stratévision, Claire Ouellette d’Expression Organisation et Martine Chanier d’Agora Ressources d’affaires - Membres du Réseau des conseillers en management du Québec (RCMQ)

 

S’assurer que la réflexion stratégique est pleinement mûrie et mise en œuvre requiert de la volonté et de la discipline. Cet article donne un aperçu de la démarche visant à définir les orientations stratégiques de l’organisme et des mesures à prendre pour les concrétiser. Nous vous invitons à consulter le document «Réaliser sa propre réflexion stratégique» publié par le CQSA* qui présente en détail la marche à suivre pour les OSBL.

 

Décisions préalables et préparation

 

Pour obtenir la légitimité requise auprès des parties prenantes de l’OSBL, l’approbation du conseil d’administration est nécessaire. Pour ce faire, la direction générale doit convaincre le conseil de la pertinence de l’exercice (les bénéfices) et lui soumettre une démarche, à savoir :

 

  • Indiquer comment la planification stratégique va s’insérer dans les autres processus de gestion. Par exemple, il y a lieu de s’assurer que la planification financière est alignée sur les programmes qui découleront du plan stratégique.

     

  • Identifier les échéanciers et les parties concernées. Il faut trouver un équilibre entre le niveau de participation et la durée de la démarche. Un processus qui s’éternise aura un effet démobilisateur, alors qu’une faible participation entraînera vraisemblablement peu de retombées.

     

  • Présenter un calendrier des activités. Le calendrier dépendra de l’ampleur de l’exercice et du niveau de participation nécessaire pour la mise en œuvre du plan stratégique. Soulignons qu’il faut prioriser les efforts de recherche et d’analyse afin d’éviter le phénomène de paralysie par l’analyse.

     

  • Indiquer les besoins d’encadrement. Il est également nécessaire d’indiquer le type de soutien requis pour accompagner les participants. À défaut d’expertise ou de disponibilité interne, il est recommandé de faire appel à un conseiller externe. Soulignons que la démarche doit faire l’objet d’un suivi constant par le conseil.

     

Étapes de la planification stratégique

 

Nous présentons ici le parcours qu’emprunte la réflexion stratégique suivant l’ordonnancement classique de la planification stratégique. L’ordre dans lequel les activités sont réalisées peut varier. Par exemple, certaines organisations dresseront un bilan interne avant de formuler une vision. Soulignons également que des va-et-vient sont inévitables, voire souhaitables, pour améliorer la réflexion.

 

1-  Mission, vision et valeurs

 

Cette étape est importante du fait qu’elle donne un sens à l’ensemble des décisions et des actions entreprises par l’organisme. La réflexion portant sur la mission est essentielle pour revisiter la raison d’être de l’organisme. Les valeurs reflètent les principes et modes de conduites des membres de l’organisme que l’on associe généralement à sa culture propre. Bien que de nature immuable dans leurs fondements, les énoncés de mission et de valeurs pourraient faire l’objet d’un remaniement qui reflète mieux les aspirations de l’organisme.

 2-  Bilan interne

 

L’étape de bilan interne vise à évaluer la capacité de l’organisme à accomplir sa mission et à réaliser ses objectifs. Les activités opérationnelles et les processus de gestion font l’objet d’un examen attentif. Le bilan interne permet d’évaluer la capacité de l’organisme à rencontrer de nouvelles orientations stratégiques. Les écarts observés permettent d’évaluer la plausibilité de différentes options stratégiques et d’identifier les ressources nécessaires pour les déployer.

 

3-  Analyse de l’environnement

 

L’étape de l’analyse de l’environnement demeure une étape cruciale du fait qu’elle jette un regard à l’extérieur de l’organisme et qu’on n’y trouve pas nécessairement, du moins à première vue, un rapport avec les opérations courantes. Les compétiteurs directs et indirects, les clients (membres et membres potentiels), les fournisseurs, les partenaires potentiels ou réels sont examinés de manière à identifier les occasions et les menaces qu’ils peuvent représenter pour l’organisme. Les corps législatifs, les programmes gouvernementaux, les tendances sociétales, les tendances technologiques et l’environnement économique font également l’objet de l’analyse.

 

4-  Analyse de la situation et choix stratégique

 

Cette étape reprend l’information qui fut produite précédemment pour évaluer le niveau d’adaptation de l’organisme à son environnement. On examine les forces et faiblesses de l’organisme (bilan interne) à l’égard des occasions et menaces que l’analyse environnementale a permis de découvrir. Les grandes orientations stratégiques sont alors déterminées suivant la capacité de l’organisme à tirer profit des occasions d’affaires et à faire face aux menaces.

 

5-  Examen de scénarios de déploiement

 

Dans cette étape, différents scénarios de déploiement sont examinés afin de trouver une solution optimale qui tient compte de la capacité organisationnelle et de la dynamique environnementale.

 

6-  Élaboration des plans d’action et mobilisation

 

Cette dernière étape vise à détailler l’ensemble des mesures à prendre pour réaliser les cibles stratégiques. Un plan stratégique incluant les orientations et les aspects opérationnels généraux est préparé en vue de son approbation par le conseil d’administration. Des plans d’action tels que des programmes en sont tirés. Ceux-ci identifient les objectifs, les indicateurs de résultats et mesures de suivis, et précisent les rôles et les ressources nécessaires. Un plan de communication est préparé et mis en œuvre afin de mobiliser les membres de l’organisme.

 

Nous avons vu ensemble une description succincte de la démarche de la planification stratégique. Le document « Réaliser sa propre réflexion stratégique » publié par le RLSQ/CQSA détaille celle-ci et fournit des outils. Les organismes peuvent faire appel à des conseillers externes pour les accompagner. 

Publication avril 2016